Mais qu'est-ce? Pepina connait-elle Arielle Dombasle?

Non pas du tout... D'ailleurs fans de cette dame rebroussez chemin ce qui suit risque de vous déplaire. Tout les goûts sont dans la nature, elle n'est pas dans mes goûts.

Quand je marche en direction de mon train  le matin vers ma chère fac, des idées grandioses naissent dans mon cerveau. Ainsi je me suis dit, tiens, je dois parler d'Arielle Dombasle sur mon blog.

Dans cet univers où semble-t-il les choses vont par deux, (cf ce blog-ci) je me dis souvent qu'Arielle est un peu mon alter ego en négatif... je vais essayer de faire simple:

Partons du  plus évident

Elle est blonde...je suis brune.

Elle est (à ce qu'il parait) muse adulée par un grand nombre d'artiste...je suis un génie ignoré, et mes talents de comedienne ne sont connus que par un public restreint.

Sa vie est comme un roman (qu'il dit son site) la mienne est pleine de roman... que je lis...

(C'est maintenant que ça devient intéressant)

elle à vécu pendant sa tendre enfance au Mexique...moi aussi même que j'y suis née et que j'ai mon passeport mexicain périmé mais mexicain,

sauf que elle

dans une famille riche, père grand industriel blablabla...mon père était arrivé tout droit du Chili, fraîchement dictaturé, (je vous passe les détails), quand il a rencontré ma mère. Nous étions la classe moyenne (la clase media, medio fregadona), celle qui dérouille à chaque crise économique, et dieu et le FMI savent qu'elles sont nombreuses...

Quand petite elle venait en France elle logeait dans une suite quelconque place Vendôme...je dormais dans le petit pavillon de mes grands-parents dans la charmante banlieue du 9-2.

Elle  a fait de la danse classique... je danse...mhhh...mais, je danse moi?

Elle est soprano à en croire l'érection pileuse que sa voix déclenche en ma petite personne...SI je savais chanter je pense que je serais classée mezzo...

Elle brille par sa blonditude à chaque intervention télévisuelle...ma télé devient sombre et foncièrement éteinte dès que je vois son "joli minois" sur mon petit écran.

Elle a un accent horrible en espagnol (faussement mexicain)...j'ai un accent mexicain, et je peux chanter aussi bien qu'un mariachi si j'ai la bouteille de tequila nécessaire dans le pif. (Et puis d'abord moi j'ai mon capes!)

Elle est mariée à un philosophe, parait-il...Mon petit breton d'amour lit Spinoza, Nietzche et Heidegger dans le reur.

Une fois, j'ai frequenté le même coiffeur qu'elle, elle à Megève, moi dans une école de coiffure à côté de la gare du nord. Il s'est fait les ciseaux sur ma belle crinière brune de l'époque. (Je garde un adorable souvenir de ce jeune homme.  S'il passe par là : mon copain n'a pas aimé la coupe, je faisais "femme" il a pris peur, d'ailleurs 2 mois après il mettait un terme à notre lamentable histoire).

Ses seins sont faux...pas les miens. (quoique, après réflexions peut-être que non justement, ils sont restés petits malgrè d'autres évolutions de son apparence physique...Franchement j'en sais rien, c'était jsute pour être méchante)

Mais nous avons une chose en commun, elle est moi, chacune à notre façon nous savons abîmer les plus belles chansons du folklore latino, en particulier Bésame mucho. Je ne lui dirais jamais assez merci, grâce à elle je me sens le droit de chanter comme je veux...

Merci d'avoir lu ceci, aujourd'hui j'avais besoin de déverser mon venin, sûrement demain aussi je le ferai, et peut-être après demain... Je reconnais tout manque d'objectivité de ma part, d'ailleurs peut-être que si madame avait vécu ailleurs qu'au Mexique mon courroux ne s'abattrait pas sûr elle, ou peut-être pas...