Prenez une maison à la campagne. Pas assez loin de la ville pour se sentir à l'abri des tordus, mais pas assez près pour crier au secours.
Une femme seule, enfin presque, est-ce qu'un bébé de neuf mois ça compte, quand on a peur?
Un chat définitivement décidé à dormir.
Une engueulade avec des chasseurs peu de temps avant. Donc un terrain favorable au stress, suite au conflit, chez la jeune mère.
LE vent. La pluie. La nuit.
Un chien inconnu au bataillon passe devant la porte fenêtre. Renifle, gratte à la porte, pleure. Un chien genre chien de chasseurs. La surprise chassée par l'appréhension.
Pas de quoi fouetter un chat endormi. Je regarde par la fenêtre, sûrement que les voisins, mes seuls vrai voisin 2 mètres plus loin, ont du monde à la maison. Pas un lumière! Je crois bien que c'est la première fois depuis qu'on est ici que je ne vois aucune, AUCUNE lumière chez les voisins.
Pas de panique! C'est la panique! LE chien est toujours là. Je ferme la porte à clef. Je ferme les volets, tous les volets! Le chien est toujours là. La porte est vitrée. Je maudis cette porte qui ne me coupe pas assez du dehors.

Une heure après tout le monde dort. Mais la lumière du couloir restera allumée.




Epilogue :
Le lendemain. 10h.
Une voiture arrive. Une femme descend. "Madame, je me permets de m'approcher de vous par ce temps peu clément..."Le chien a vécu ici l'année dernière! Et apparemment sa maison lui manque! Et le chien en question a débarqué... Il a passé sa nuit quelque part par là. Trempé et grelotant. J'ai refermé ma porte vaccinée de mes peurs et me sentant bien ridicule...